Le rôle de la musique dans les bandes-annonces : quel impact sur les émotions et les attentes des spectateurs ?

walter_mitty_cadre

Les bandes-annonces cinématographiques sont aujourd’hui une forme de divertissement à part entière voire, pour certains, d’art. Éléments centraux de la promotion des productions, elles conditionnent le spectateur, et créent en lui des attentes vis à vis de ce que sera le film une fois sorti.

Comme dans le produit fini, la musique joue dans le trailer un rôle clé, dans le sens où elle contribue à susciter l’intéret mais aussi à provoquer l’excitation des spectateurs. À travers les émotions qu’elle procure, aussi variées que la peur, l’empathie, la joie ou encore la tristesse, c’est finalement elle qui lui donne son ton caractéristique.

Les conséquences de la musique dans la publicité, de manière générale, s’observent principalement au niveau du ressenti, et des comportements d’achat. On sait en effet que les facteurs comme le tempo, l’intensité mais aussi le rythme influencent la mémorisation des messages, et l’interprétation de ceux-ci. Ces réactions affectives joueront ensuite sur l’appréciation de la marque ainsi que du produit, et seront à même de développer les intentions d’achat.

Dans le cas, plus précis, d’un film, la musique sera à même d’apporter du sens à l’histoire, de lui donner un habillage pertinent, et elle pourra également influer sur l’attitude des spectateurs vis à vis des personnages.

Afin de comprendre, plus en détails, de quelle manière la musique, dans les bandes-annonces, impacte les émotions, et le genre perçu du film, une étude a été menée auprès de 283 étudiants. À partir de la bande-annonce originale du film “La Vie Rêvée de Walter Mitty”, choisie pour son absence de dialogue, 4 versions ont été créées :

  • Une version accompagnée d’une musique de Mike Zarin,supposée évoquer un thriller,
  • Une version accompagnée d’une chanson du groupe The Hives (“I hate to say I told you so”) supposée évoquer un dessin animé
  • Une version accompagnée du morceau “Roar”, d’Anxwell & Sebastian Ingrosso, supposé évoquer une comédie,
  • Une version sans musique.  

Les résultats montrent qu’en effet, les répondants ont ressenti des émotions différentes selon la version visionnée. Comme attendu, la première version a été perçue comme intense, mystérieuse, un peu effrayante. Les versions 2 et 3 évoquent la joie, l’humour. La version sans musique, enfin, a surtout généré de la tristesse.

De la même manière, le genre perçu est différent : la première version évoque un film de science fiction, les seconde et troisième une comédie, et la dernière un drame.

Or, la plupart des répondants ont indiqué considérer la musique comme un facteur peu déterminant dans leur décision d’aller ou non au cinéma. La musique altère donc bien les émotions et le genre perçu, mais de manière le plus souvent inconsciente.

Tagged with: , ,
Publié dans Marketing sonore, Marketing sonore, design musical, identité sonore, Musique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Stats du Site
  • 41,777 vues sur ce blog
Follow Identité sonore, marketing sonore et sensoriel on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :