Une exploration des effets de la musique dans un magasin de mode : joyeuse / triste et appréciée / rejetée

Broekemier et ses collègues ont étudié dans cet article quels sont les effets de la musique diffusée dans une boutique de prêt-à-porter pour femmes. Ils ont plus particulièrement étudié les effets de deux dimensions de la musique : la préférence (j’aime / j’aime pas) et les émotions (joyeuse vs. triste)…

… le design de recherche de ce papier est une expérimentation basée sur une video de magasin inconnu sur laquelle a été ajoutés différents types de musique (joyeuse / triste). Les répondants ont du évaluer le caractère apprécié ou non de la musique et ont été réparti en trois classes : j’aime, neutre et je n’aime pas. Les résultats de l’étude sont que dans ce contexte, le cas le plus favorable pour l’intention d’achat est avec une musique joyeuse et appréciée. En effet, il y a un effet direct et important de la dimension émotionnelle de la musique. En revanche, la préférence pour la musique a un impact plus faible que les émotions. Cela signifie pour le manager qu’il faut déjà se concentrer sur les émotions avant de s’intéresser à ce que la cible qui fréquente le magasin aime ou non en matière musicale. L’idéal étant de combiner les deux ! Pour plus d’information : Greg Broekemier, Ray Marquardt, James W. Gentry, (2008), »An exploration of happy/sad and liked/disliked music effects on shopping intentions in a women’s clothing store service setting », Journal of Services Marketing, Vol. 22, Iss: 1, pp. 59 – 67

À propos

Je suis professeur de marketing à NEOMA Business School et chercheur au laboratoire CNRS DRM-DMSP (UMR7088) de Paris-Dauphine. Associé fondateur de l’agence de communication sonore et de design musical AtooMedia, je suis également Business Manager de la société Mediavea, experte en sonorisation de magasins.Diplômé en 2001 de TELECOM Ecole de Management (ex- INT Management) et d’une maîtrise en sciences de gestion, j’obtiens un doctorat ès sciences de gestion à l’Université Paris-Dauphine en 2007.

Publié dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • RT @BrainsAgency: "50 % des jeunes entre 16 et 18 ans n’utilisent pas Facebook contre 27 % chez les 19-25 ans" alors qu'en 2017 #Facebook é… 11 hours ago
  • RT @babgi: Au delà des fantasmes, quel est l'impact de l'IA sur le système de santé publique et sur ses emplois ? C'est ce à quoi cherche… 11 hours ago
  • RT @delphmanceau: Dialogue sur les évolutions de l’entreprise et le rôle clé de l’humain à l’heure de la digitalisation entre @EmmanuelFabe11 hours ago
  • RT @delphmanceau: «@Une entreprise n’existe pas pas si elle n’a pas d’utilité sociale, c’est ce qui fonde sa légitimité. Mais ce qui manque… 11 hours ago
  • RT @isabelle_kocher: Le #numérique nous oblige à repenser non seulement nos business models, mais aussi notre organisation et notre culture… 11 hours ago
Stats du Site
  • 54 265 vues sur ce blog
Follow Marketing sonore, digital et innovation disruptive on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :